télécharger le dossier en .pdf


Competitions are for horses, not artists Hole painting Le bateau Désaccords Tas de foin House musicPlease come home TautautautologieTextes critiquesTentatives d'accrochageGuerrre du GolfEntretien avec une œuvre d'art - videoEntretien avec une œuvre d'art - peintures • Flagrant délit • AbilitiesArt at homeHow to do a masterpieceHome sweet homeRisques majorés130 mgBamboccioNothing beforeRitournelleA child first step in societyGrowing territory

 

 

 

 

 

 

FLAGRANT DÉLIT

    2011
Tirage pigmentaire monté sur Dibond, encadré
Pigment print mounted on Dibond, framed
105 x 70 cm chacune // 105 x 70 cm each
Editions de 6
Cliquez sur les images pour les agrandir

Flagrant délit montre Jerome Cavaliere en cambrioleur, surpris alors qu’il vole des œuvres de Jannis Kounellis ou Dan Flavin chez des collectionneurs. Le flash de l’appareil fige l’instant où le personnage est surpris en pleine action, en costume, à l’occasion aux commandes d’un Fenwick. Les œuvres volées ont en commun leur aspect minimal, la sécheresse des matériaux, l’absence de gestuelle, de lyrisme. Les photographies de ces scènes, dont on ne peut raisonnablement pas garantir la véracité, constituent quant à elles un document à charge grotesque, un cliché délirant. L’artiste joue avec humour de l’aspect solennel de ces œuvres abstraites qui constituent le socle de l’art contemporain et sont constamment en proie aux critiques les plus emblématiques, telles que celle qui dénonce précisément l’absence de virtuosité, de geste (« tout le monde peut faire »).

Marlène Perronet

In Flagrant Delit shows Jerome Cavaliere as a burglar, caught red-handed while stealing works of Jannis Kounellis or Dan Flavin at collectors’ homes. The flashlight of the camera freezes the scene where the character is in action, in a suit and tie or driving a fork lift. The artworks, wich are about to be stolen, all have in common their minimal aspect and lack of lyricism. The question is: is it true ? Of course not, Jerome Cavaliere is a bad actor and the scene becomes ludicrous – as ridiculous as those critics about this kind of artworks that say “Everyone can do it”.