télécharger le dossier en .pdf


Competitions are for horses, not artists Hole painting Le bateau Désaccords Tas de foin House musicPlease come home TautautautologieTextes critiquesTentatives d'accrochageGuerrre du GolfEntretien avec une œuvre d'art - videoEntretien avec une œuvre d'art - peinturesFlagrant délitAbilitiesArt at homeHow to do a masterpiece • Home sweet home • Risques majorés130 mgBamboccioNothing beforeRitournelleA child first step in societyGrowing territory

 

 

 

 

 

 

HOME SWEET HOME

    2009
Papier-peint, radio-émetteur pirate, poste radio, écran plat, lecteur mp3, étagère.
Vidéo : Borderline (by walking) (5’15),
Création sonore : Sans titre // montage Charlotte Magri (5’15)
Dimensions variables
Wallpaper, pirate FM transmitter, FM receiver, flat scren, mp3 player, shelf. Video : Borderline (by walking)(5’15), Sound : Sans titre // Editing : Charlotte Magri (5’15) Variable dimensions
Cliquez sur les images pour les agrandir



Risques majeurs et prévention publique : Normer le chaos.

«La définition que je donne du risque majeur, c’est la menace sur l’homme (...) dont la gravité est telle que la société se trouve absolument dépassée par l’immensité du désastre» Haroun Tazieff. Cette citation est reprise par le Ministère Français de l’Ecologie, immédiatement suivie de la phrase suivante « Ainsi la société comme l’individu doivent s’organiser pour y faire face. »*
Il nous est donc dit que la société peut « s’organiser » pour faire face à une situation où elle se trouvera « absolument dépassée ».
Home Sweet Home questionne ce discours absurde et volontariste, ces phrases impossibles et leurs possibles enjeux. Le papier-peint, toile de fond de l’installation reprend les pictogrammes des plaquettes de prévention des risques majeurs. Un personnage stylisé nous montre dans chaque vignette l’attitude à adopter. Parfois contradictoires, souvent irréalisables, les actions de ce personnage sans visage et sans émotion sont dessinées dans un style lisse et naïf. Colorisées numériquement et disposés à l’infini en mosaïque, ces vignettes vous regardent comme d’inoffensives seynettes sur les murs d’une chambre d’enfant. Un écran plat diffuse en boucle une video de 5’15 (Borderline by walking). Jerome Cavaliere trace en marchant dans la neige le périmètre de sécurité autour d’un réacteur nucléaire de Grenoble, où il a résidé. De longs plans fixes, dans une esthétique en écho à Gus Van Sant et Richard Long, matérialisent cette frontière arbitraire entre le danger et la sécurité. Sur une petite étagère, un petit poste de radio diffuse en boucle un montage (Sans titre), synchronisé avec la vidéo. Entre reportage radiophonique et création sonore, mêlant éléments d’enquête et extraits audiovisuels, le montage met en perspective la communication officielle du réacteur nucléaire de Grenoble. Hors-champs, c’est un petit émetteur-pirate qui diffuse cette pièce. Audible sur sa fréquence dans un rayon de plusieurs centaines de mètres, la pièce sort ainsi des limites de l’espace d’exposition mais aussi des règles de diffusion audiovisuelles légales.


*Ministère Français de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer, site dédié à la prévention des risques majeurs. (www.prim.net).


Charlotte Magri